Je ne vais pas mentir, la pandémie a enlevé tout le plaisir de mon rôle d’A&R chez Orange, mes journées se résumant à des e-mails, des feuilles de calcul et une peur existentielle. Il n’est donc pas surprenant que je saute mentalement de joie à l’idée du retour de la musique live et de tout ce qui l’accompagne. Ce jeudi, j’ai eu le plaisir d’assister à la force pure de l’une de nos 2021 signatures ; les connaisseurs suédois du rock’n’roll The Hellacopters jouent au Sentrum Scene à Oslo.

Ayant récemment sorti leur dernier album Eyes of Oblivion (leur première sortie en 14 ans !) sur Nuclear Blast Records, le retour de The Hellacopters était attendu depuis longtemps, d’autant plus que le concert avait été reporté plusieurs fois au cours des deux dernières années. Enfin, c’était le tour d’Oslo de booguer !

Alors que les lumières se tamisent et que le groupe entre sur scène devant une salle comble, le guitariste Dregen se déplace en béquilles, la jambe droite dans une grosse botte en plastique, avant de s’asseoir sur un Orange PPC212, qui fait office de chaise (quel argument de vente !), et de jouer comme un champion malgré une douleur atroce, ce qui est 400 % cool à mes yeux. Comme nous le savons tous, le spectacle doit continuer, et il a continué.

Soutenu par trois têtes TH30, une tête Super Crush 100 et quatre baffles PPC212, le groupe s’est montré absolument énorme en nous emmenant dans un voyage musical allant de l’apogée de High Visibility aux singles récents de Eyes of Oblivion, en passant par des reprises de Night of the Vampire de Roky Erickson et de I Just Want to Have Something to Do des Ramones. Cela a bien sûr conduit certains membres du public à lancer leurs pintes en l’air, ce qui, vu le prix de l’alcool en Norvège, est une pure folie. Si vous voulez mon avis, ces gouttes devraient être chéries comme si elles avaient été puisées dans la fontaine de jouvence par Zeus lui-même.

À la fin de la nuit, les Hellacopters ont prouvé à plusieurs reprises pourquoi ils sont l’un des meilleurs groupes de rock’n’roll du XXIe siècle. Nous aurons bientôt d’autres nouvelles passionnantes sur Hellacopters, alors gardez les yeux ouverts et inscrivez-vous à notre newsletter (au bas de notre page principale) pour d’autres mises à jour.

BY DARAGH MARKHAM

Fresh conscripts from our sister pubs clock in. Actually, most of them are volunteers — naïve sadists with an expectant gleam in their eye. Sorry dude, there’s only one wristband on bar. Take a number and get in line, because you’re not catching Truckfighters. You’re standing here for the next nine hours, getting intimately familiar with how to pour a Hells. An urgent care package of Modelos is brought in from a nearby corner shop, as staff, some Desertfest team members, and a few customers have drunk through the entire weekend’s supply already. A customer grabs my arm. “Man, I saw your set at the Underworld yesterday — that was fucking nuts, your guitar must be totalled!” Yesterday feels like a hundred days ago. We played mid-afternoon, before the drummer and I, both ranking warriors of Camden bars, hightailed it back to start/resume our Desertfest shifts. One eye on the customer, the other toward the taps. “Yeah that was actually pretty much inadvertent, the guitar smashing…” I reply. It wasn’t my guitar either so, I won’t be hearing the end of that. Wonder what I can break next year.

Another customer is complaining about the toilets, reminding me of a recent review. We never really read reviews of the bar (as Larry David says, “the customer is usually a moron and an asshole”), but this one was great. Besides whining about the smell of our (a rock bar) toilets, the author referred to one of the staff as “Satan’s idiot”, which left one obvious thing to do: get cut-offs with Hells Angels-style back patches made up saying SATAN’S IDIOTS, for every member of staff. That this wasn’t achieved in time for Desertfest will forever be my shame. Eighteen hours in one place, doing one thing, listening to (essentially) one riff will either send you mad or grant you a sense of Zen you never thought possible. (For days after, I will lie in bed waiting to fall asleep, calves screaming, my mind endlessly flashing, locked into the mechanism of pouring pint after pint after pint like an automaton, the main riff of Sleep’s Dragonaut haunting my head in an infinite loop). The shifts follow similar patterns, and when the day’s headliners take the stages of the bigger venues, the bar clears out for awhile. This reprieve is spent with frantic smoking/drinking, before more prepping, stocking, reloading.

The final offensive will hit us soon — the bestial midnight raids of the afterparty. Actually, “siege” would be the more appropriate term. One bartender likens it to the relentless blitz of Call of Duty’s Nazi zombies, with the platoon pinned down, cornered behind the bar, weaving and dodging and sidestepping around each other, pouring pints with one hand, making spirit ’n’ mixers with the other, taking change with our mouths (pre-covid). The faces of customers become interchangeable bearded blurs. Your ears ring like after a bomb blast, fingers whittle into numb stumps from hammering orders into the till screen. Legs beg you to stop. Have another shot, keep going. This is the final push. If you can’t find a rhythm, you lock into crushkilldestroy mode: no logic, no order, just serve the first person you see after every completed order. My personal record is making over three grand’s worth in one day, and that was when we flirted with 10-hour “easy” shifts one year, so God knows what I rack up on a day like today. The bar is packed, the party heaving, the whole room one single, multi-limbed, multi-bearded organism. DJs are deafening — orders for cider result in soda and confusion. Regular Mat buys the whole 10-strong staff a round of top-shelf tequila, a much-needed and appreciated bolstering of our defences.

With the unexpected May heat and so many people in, our weathered cooler gives up and dies. The fan units out the back of the building pump out piping Saharan air. The beer starts pouring as pure foam in a bar full of pint-hungry maniacs. What can they be appeased with? The Modelos are long gone. Bongripper soundtracks our endless descent into ruin. Finally, at 3 am, we clean down the bar to Darude’s Sandstorm, because surely this should be the anthem of a festival with “Desert” in its moniker, and after a full, uninterrupted day of doom and stoner blasting through the PA and roaring from the venue, you need pop music. Hip hop. Fucking Dido (ok, not Dido). Exhausted, you stand at the toilet, jeans and boxers peeled midway down your thighs, pissing free and airing out your region. You look down to discover you are pissing directly into your yanked-down boxers, which have become a sort of piss-cradle. You are too tired to do anything about it, and just keep pissing. After all, you have survived a full Thursday–Sunday Desertfest. You are kept buoyant by the achievement. Tomorrow you will awake broken. Tonight, you will slumber victorious, knowing you will do it all again next year.

But right now, it’s time for the best-tasting beer you have ever earned. Dixie Dave is roaming the bar in a determined daze, clutching a large inflatable giraffe/camel. I’m drunk enough to get over myself and grab him and apologise for being one of those annoying, demanding fans, but something has been bugging me for years and I need to know: the burning American flag on …And Justice For Y’all’s cover art, the lyrics in Jason… The Dragon (“Abandon ship, and burn that goddamn flag… burn that fucking flag”), among other anti-American sentiment sprinkled throughout their recorded output — that’s pretty ballsy stuff, coming from shitkicking North Carolina… Dixie explains he’s always been a punk, and those things are just an extension of his skateboarding, anti-authoritarian origins, and some other rapid, rasping, guttural mutterings I can’t decipher. Then, straight-faced, he says to me, without a hint of irony, “Y’know, Weedeater… I don’t get why people think we’re a stoner band”.

Daragh Markham has worked, attended and performed at Desertfest many times over the years, sometimes all at once. He’ll play with D-beat speed metal hellions Dungeon at this year’s edition.

PAR DARAGH MARKHAM

Soyons clairs : si vous pouvez survivre à un week-end à travailler au bar du Desertfest, vous pouvez travailler au bar n’importe où, dans n’importe quelle situation. Oubliez les autres festivals. Vous pouvez boire des pintes sur le pont pendant que le Titanic coule. Vous pouvez aligner vos tirs pendant qu’un champignon atomique, offert par Poutine/Biden/Kim Jong-fucking-un, se dresse au loin (les clients irradiés sous vos yeux, quel spectacle cela doit être…). Mais je suis à la dérive.

Alors ça commence comme ça : vous vous réveillez, les jambes encore douloureuses. Vous n’avez fermé les yeux qu’une minute et voilà que vous vous remettez sur pied, en vous avançant vers le front. Au moins, vous n’avez pas suivi vos collègues à leur afterparty spontanée de Slimelight (ils vont bientôt arriver, plus malades que Mike IX Williams en manque pendant l’ouragan Katrina).

Au bar, chaque matin du Desertfest commence par la course aux fûts. De quelle quantité de bière le point focal d’un festival a-t-il besoin chaque jour ? Autant que Matt Pike aime les aliens – beaucoup. Vous roulez, empilez, soulevez, emballez un nombre démesuré de fûts, la minuscule chambre froide est remplie à ras bord tandis que votre cerveau fatigué joue au Tetris des fûts en essayant d’organiser le tout pendant que vous transpirez les regrets de la veille.

C’est comme une préparation à la guerre, une stratégie pour chaque parcelle d’espace avant un autre assaut de toute une journée. Ils nous ont rincé de cette bière aigre à la pêche hier – il va falloir pousser quelque chose de fruité à l’avant aujourd’hui… Fortifiez-vous avec quelques shots de Bloody Mary et un Modelo pour le petit-déjeuner. Vous en aurez besoin. Pour qu’aujourd’hui soit un samedi. Ou c’est dimanche ? Oublie ça. Les quarts de travail de dix-huit heures ne nécessitent pas de noms de jour – ils sont tous synonymes de folie de toute façon.

C’est le mois de mai en Angleterre et cette année, miraculeusement, il ne pleut pas. Les foules s’accumulent dans l’allée devant, permettant à l’air d’entrer dans le bar. À midi, la salle à l’étage empeste la bière, le bourgeon, la BO et la barbe. Le volume est irréel. La capacité est largement dépassée là-haut, une file de personnes serpentant dans les escaliers, tous regardant vers la porte de la salle, où l’on ne voit que le dos des têtes. La chaleur corporelle et la glace sèche des machines à fumée flottent dans l’air stagnant comme la brume d’un film d’horreur Hammer. Oh, pour qu’une vampiresse à gros seins me prenne maintenant.

Ceux qui arrivent trop tard pour monter à l’étage se rassemblent autour du bar. Des victimes de l’acide. Défécateurs en série. Des étrangers curieux exigeant une série de shots de Bloody Mary. Les cadets de l’espace qui sont sous l’emprise de quantités obscènes d’herbe/champignons/bière/acide demandent à être pris en charge par votre personnel (c’est la deuxième année consécutive que cela se produit).

Les joueurs s’agrippent au bar, saisis par la brume indubitable de plusieurs nuits blanches accumulées, le sommeil bien mérité tournant autour, faisant signe comme un vautour. D’une minute à l’autre, les yeux de l’un d’entre eux vont se révulser, sa tête va tomber en avant, et son visage va heurter le comptoir du bar avec un gros choc. Et quelque part dans le bar, un garçon blanc et maigre est un peu trop pressé de clarifier le nom de la chanson d’Eyehategod qui passe, en criant l’épithète racial dans son titre assez fort pour faire sursauter les participants hébétés, éblouis et flamboyants de leurs rêveries de l’après-midi. Quelqu’un vient au bar pour nous informer qu’une pauvre âme/trou n’a pas réussi à atteindre les toilettes, choisissant plutôt de chier dans le coin du couloir menant aux chiottes. Une recrue recrutée dans l’un des pubs voisins est envoyée en mission de recherche et de destruction. Il revient dégoûté mais triomphant.

Dix minutes passent et quelqu’un d’autre nous informe de la présence de matières fécales. Il s’est avéré que l’homme aux oreilles humides avait simplement arrosé le monticule de déchets humains avec de la poudre désinfectante (de couleur bleue, destinée aux canalisations) et l’avait entouré d’un rouleau bleu, de sorte que le coin du couloir en question semble infesté par un tas d’excréments mutants aux taches bleues lumineuses, comme dans The Thing. Un renvoi déshonorant attend ce soldat qui n’a pas su gérer correctement le renvoi humain déshonorant.

Naturellement, un estomac fragile n’a pas sa place dans un bar. Mais ce week-end, mon régime sera composé de trois œufs scotch Quorn, d’une saucisse cocktail Quorn, de 63 Modelos et d’anxiété. Cela signifie que nous devons parler de la station d’en-cas – la tristement célèbre station d’en-cas du personnel, qui s’agrandit chaque année, derrière le bar.

Je parle de quatre bouteilles de vodka d’un litre, de quatre cartons de jus de tomate et de plusieurs paquets de bâtonnets de céleri. Je parle de trois grands sacs de chips tortilla, de diverses sauces salsa/guacamole/crème fraîche et de fromage à la ciboulette/nacho pimenté, ainsi que de pommes, d’oranges et de bananes. Je parle de petits pains, de tranches de fromage, de jambon et de tomates cerises. Je parle de roulés aux saucisses, d’oeufs écossais, de pâtes, de boulettes de poulet et de steaks. Et je parle très certainement de quatre à cinq TUBES DE HUMMUS ASSORTIS et de Modelos sans fin.

C’est comme ça qu’on gagne. Une armée marche sur son estomac, et mon unité n’est pas différente. Vers la fin de l’après-midi, un membre senior de l’équipe de Desertfest me regarde par-dessus le bar et me fait signe d’aller au bureau. Je hoche la tête en guise de confirmation et ouvre la voie, suivi du membre de l’équipe et d’un tiers inconnu traînant une valise à roulettes derrière eux. La porte se referme, et je les regarde tous les deux, attendant une sorte de présentation, une mise à jour de leur statut, ou une indication de la raison pour laquelle nous sommes tous les trois à l’étroit dans les confins de ce bureau.

Les deux m’ignorent et une transaction sordide se déroule sous mes yeux.

“Vous l’avez ?” demande le membre de l’équipe.

“Oh oui”, répond-on, avec un accent américain.

L’Américain dézippe la valise et sort deux sacs à fermeture éclair extra-larges, contenant six boîtes Tupperware hermétiques, trois dans chaque sac. Les boîtes débordent d’une substance beige-brun.

Mes yeux s’écarquillent, mon pouls s’accélère. “Est-ce que c’est…”

Le membre de l’équipe se retourne et me regarde en souriant. “C’est ça. Du houmous pur, non coupé, fait maison.”

Je déglutis. Dur. Le membre de l’équipe sort un laissez-passer d’artiste de sa poche et le place dans la main de l’Américain qui l’attend.

Il acquiesce et me sourit. “Je suis un artiste, mon frère.”

Je suis au courant de cette scène. “Oh ouais, moi aussi”, je fais un clin d’œil et hoche la tête en retour.

Un transfert clandestin de houmous ! Dans mon propre bureau ! Je suis complètement excité. Et, naturellement, pour son silence, votre garçon obtient une part de cette action. Je retourne au bar pour prendre un paquet de chips, puis je me précipite dans le bureau et dans la salle froide du baril pour me délecter, seul, de ma part de contrebande. Fuck yeah, je me murmure à moi-même, en trempant des chips dans un morceau de houmous serré dans ma main. Ça va bien calmer le jeu.

Daragh Markham a travaillé, assisté et joué à Desertfest de nombreuses fois au fil des ans, parfois en même temps. Il jouera avec le groupe de speed metal D-beat Dungeon lors de l’édition de cette année.

Voici Phil Shouse de la résidence Rock N Roll, Gene. Simmons, et le groupe Ace Frehley.

Que signifie “rock” ? pour vous ?

Cela signifie tout pour moi. C’est mon travail, mon gagne-pain et mon… mode de vie. Le rock n’est rien sans le roulement. Tout le monde peut faire du rock, mais le rouleau est la partie la plus difficile.

Pourquoi Orange fonctionne-t-elle ? pour le rock ?

Les amplisOrange sont mes amplis préférés pour le rock pour plusieurs raisons. Premièrement, ils sont superbes. Deuxièmement, ils sont faits pour ça. Les amplis que j’utilise sont le Custom Shop 50, leAD30et le Tiny Terror. Leur point fort n’est pas d’être super propres, juste assez propres avec quelques poils dessus. Ils prennent bien les pédales. Avec le CS50, vous pouvez le faire tourner à fond, l’utiliser comme un ampli à un canal et utiliser votre bouton de volume avec. C’est le meilleur ampli que j’ai trouvé pour faire ça.

Qu’est-ce que tu aimes ? sur le CS50 en particulier ?

Ce que j’aime particulièrement dans le CS50, c’est qu’il possède 6 boutons. Quand je regarde un ampli et qu’il a 37 boutons sur la face avant, je me dis “Je ne vais pas en utiliser 30”. Vous n’en avez pas vraiment besoin. Lorsque vous savez comment régler correctement un ampli, comme celui-ci avec un seul canal, vous n’avez pas besoin de plus d’un canal, vous n’avez pas besoin de pédales. Vous pouvez utiliser la guitare pour le boosting et les solos, c’est pourquoi je préfère un ampli à un canal à un ampli à deux canaux.

Quels sont les paramètres que vous sur le CS50 ?

Je vais régler le gain assez bas et le volume haut. Le gain agit comme un bouton de volume, j’aime donc mettre le volume à fond, puis déplacer le bouton de gain vers le haut. le gain en fonction des besoins. J’aime normalement la présence après 3 heures. et ensuite mettre l’EQ sur 12 heures. Puisque c’est une armoire Orange, je vais tourner le les basses, puis rajoute un peu plus de médiums et d’aigus. De cette façon, quand mon La guitare est à 5 pour le rythme, et quand je vais la limer, elle aura beaucoup de mordant et… couper à travers le mélange.

Quels groupes avez-vous qui utilisent l’Orange?

Un de mes groupes préférés qui utilise des amplis Orange est SLEEP. Si on doit parler de Matt Pike et du sommeil, je vais avoir besoin de beaucoup plus d’herbe. Pouvez-vous faire en sorte que cela se produise ? D’autres groupes que j’aime et qui utilisent Orange sont Blackberry Smoke et le Raelyn Nelson Band.

*Cette interview a été réalisée par Danny Gomez d’Orange Amps. Une traduction en espagnol est disponible à la fin de cet article.

Quelle est votre histoire ? Comment faites-vous pour arriver là où vous êtes aujourd’hui ?
Je suis né dans une petite ville d’Estrémadure (Plasencia) et j’ai grandi dans la ville voisine (Malpartida de Plasencia). Depuis mon plus jeune âge, je me suis toujours sentie très attirée par la musique et la peinture et, en grandissant, j’ai été davantage portée vers la première. Mais grandir dans les années 80 dans un village ne m’a pas beaucoup aidé… Je n’avais pas les mêmes choses à ma disposition si j’avais grandi à Madrid, par exemple. Alors quand j’ai terminé le lycée, j’ai commencé à travailler pour économiser un peu d’argent et aller à Madrid pour apprendre la musique.

Dans ma ville, je jouais déjà de manière autodidacte, mais je voulais comprendre la musique de manière plus intellectuelle ou mathématique (j’étais convaincu qu’elle ne pouvait pas être une simple inspiration). Et avant, nous n’avions pas la chance d’avoir toutes sortes d’informations à portée de clic, assis dans votre chambre. Je suis donc venu à Madrid et mon professeur (Pedro Noda) m’a enseigné la théorie et la composition et j’ai travaillé la guitare tout seul, en écoutant tout ce qui me plaisait et en analysant les partitions (des choses que je ferai toujours). Au fil du temps, vous rencontrerez des personnes qui vous donneront l’occasion de jouer dans un groupe, une formation, un artiste et de le faire avec respect et amour pour la musique que vous devez jouer (quelle qu’elle soit, tout s’apprend). Et c’est ce que je fais, en continuant à étudier et à apprendre à jouer comme la musique le mérite.


Références et influences. Que peut-on trouver dans votre musique ?
Chaque époque ou âge a des influences, il y en a toujours. Quand j’étais adolescent, c’était le heavy metal et avec le temps, mes goûts se sont adoucis (bien que si j’écoute les groupes ou les guitaristes de l’époque, je m’en souviens avec amour, je ne le nie pas du tout). La découverte du jazz a été magnifique et ce qui identifie le plus ma façon de jouer (je pense) est généralement ce que je joue. Ma plus grande influence a longtemps été le pianiste Keith Jarrett. Mais ce que mon cœur épouse, c’est la musique classique. Il n’y a rien que j’aime plus et mes compositions sont beaucoup plus classiques qu’autre chose.


Grands mythiques, ces instruments, samplers, amplificateurs, effets mythiques.
Même si j’ai de vieilles guitares et de vieux amplis, je ne pense pas que tout ce qui s’est passé était mieux. Le nouveau truc est génial aussi, bien qu’une pédale de Taurus 82 ne serait pas mal à avoir.


Neuf ou d’occasion.
Il est clair que le neuf a ses avantages et comme je l’ai dit avant le neuf est cool, mais il est vrai que dans le monde de la musique, la grande majorité prend bien soin de son matériel et trouve des choses cool d’occasion en très bon état.

Nouvelles technologies, quelle est la meilleure chose que vous ayez essayée dernièrement ?
Le OMEC Teleport OMEC.C’est incroyable ce que l’on peut faire avec ce petit bout et un ordinateur (ou une tablette ou un smartphone).

Un équipement pour vous emmener en voyage ou pour travailler sur la route ?
Le OMEC Teleport OMEC.

Qu’utilisez-vous comme solution de secours au cas où tout échouerait ?
Pour l’instant rien … croisez les doigts … hehehe

Le studio est en train de brûler … instrument / équipement que vous sauveriez ?
Mon PRS Hollowbody II. Ma guitare préférée de loin. Avec le PRS DGT, c’est l’amour dès que l’on pose les mains sur le manche, je ne pouvais pas y croire.

Quelle est votre expérience avec les amplificateurs Orange?
J’ai essayé l’Acoustic PRE récemment.

Premières impressions sur la nouvelle Acoustic PRE
Eh bien, ça a été une agréable surprise. J’ai branché la guitare acoustique et j’ai été époustouflé. Les deux canaux font que la guitare a une vie différente. J’ai adoré le son qu’il apporte et les combinaisons possibles. Une chaîne avec un tube ! ! Le meilleur que j’ai entendu pour l’acoustique. On verra si on peut s’arranger pour l’emmener avec moi en tournée cette année.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?
Je joue avec Melendi depuis de nombreuses années et je commence la tournée de cette année en mai en Amérique. À partir de juin, nous ferons une tournée en Espagne jusqu’à la fin de l’année.
En juin, je vais enregistrer un album avec la meilleure chanteuse du monde (pour moi), Verónica Ferreiro(https://youtu.be/YlEV-K3uAfs). Nous avons tous deux un projet avec des thèmes originaux et nous sommes impatients de l’enregistrer et de le montrer au monde.
Nous allons également enregistrer un autre album cette année avec MENIL(https://youtu.be/uDHc2WYLO2U), un groupe de manouche (jazz manouche) que j’ai avec de bons amis, et peut-être d’autres surprises.

Des conseils pour les lecteurs ?
Profitez du temps, aimez la musique et votre instrument. Merci, Danny, pour cet entretien et aux lecteurs d’avoir pris le temps de le lire.


Quelle est votre histoire ? Cómo llegas hasta dónde estás hoy ?

Nací en una pequeña ciudad extremeña (Plasencia) y me crié en el pueblo de al lado (Malpartida de Plasencia). Depuis tout petit, j’aime beaucoup la musique et la peinture, et chaque fois que je me développe, je me décante davantage.
Pero crecer en los ochenta en un pueblo no me ayudaba mucho… no tenía las mismas cosas al alcance que si hubiese crecido en Madrid, por ejemplo. Así que cuando terminé el bachillerato me puse a trabajar para ahorrar algo de dinero e irme a Madrid a aprender música.
En mi pueblo ya tocaba de una forma autodidacta pero quería entender la música de una forma más intelectual o matemática (estaba convencido de que no podía ser inspiración solamente). Avant, nous n’avions pas la possibilité d’avoir toutes les informations à portée de clic dans votre maison.
Total, me vine a Madrid y mi profesor (Pedro Noda) me enseñó teoría y composición y y yo trabaje en la guitarra por mi cuenta, sacando de oído todo lo que me gustaba y analizando partituras (cosas que seguiré haciendo siempre).
Con el tiempo vas conociendo gente que te da una oportunidad para tocar en un grupo, orquesta, artista y lo haces con respeto y cariño por la música que tienes que tocar (la que sea, de todo se aprende). Y en eso estoy, en seguir estudiando y aprendiendo a tocar como se merece la música.
Referencias e influencias. Que pouvons-nous trouver dans ta musique ?
Cada época o edad tiene unas influencias, siempre las hay.
Cuando era adolescente era el heavy metal y con el tiempo se me ha ido suavizando el gusto (aunque si vuelvo a escuchar a mis grupos o guitarristas de entonces lo recuerdo con cariño, no reniego en absoluto de ello).
Descubrir el jazz fue magnífico y con lo que más se identifica mi forma de tocar (creo), habitualmente es lo que toco. Ma plus grande influence pendant longtemps a été le pianiste Keith Jarrett. Pero con lo que casa mi corazón es con la música clásica. No hay nada que más me guste y mis composiciones tienen mucho más de clásico que de otra cosa.
Equipo mítico. Esos instrumentos, samplers, amplificadores, efectos míticos.
Aunque tengo guitarras antiguas y amplis antiguos no soy de pensar que todo lo pasado fue mejor. Lo nuevo está genial también, aunque un Taurus pedal del 82 no estaría mal tener.
Nuevo versus Segunda mano.
Está claro que lo nuevo tiene sus ventajas y como he dicho antes lo nuevo mola, pero bien es cierto que en el mundo de la música, la inmensa mayoría cuida bien su equipo y encuentras cosas geniales de segunda mano en muy buen estado.
Las nuevas tecnologías, qué es lo mejor que has probado últimamente.
El OMEC Teleport.Es alucinante lo que puedes hacer con ese pedalito y un ordenador (o tablet o smartphone).
Equipo para llevarte de viaje o para trabajar en la carretera ?
El OMEC Teleport.
Que utilisez-vous de Backup si tout tombe à l’eau ?
Por ahora nada… crucemos los dedos… jejejeArde el estudio… instrumento/equipo que salvarías ?
Mi PRS Hollowbody II. Mi guitarra preferida con diferencia. Junto con la PRS DGT fue amor nada más poner las manos en el diapasón, no lo podía creer.
Quelle est ton expérience avec Orange Amplifiers ?
J’ai essayé l’Acoustic PRE il y a peu de temps.
Premières impressions sur le nouveau Acoustic PRE
Pues ha sido toda una grata sorpresa. Enchufé la guitarra acústica y flipé en colores. Los dos canales que tiene hace que la guitarra tenga una vida diferente. Me encantó el sonido que aporta y las combinaciones posibles. Un canal avec une válvula ! Lo mejor que he escuchado para acústicas. A ver si se viene conmigo de gira este año.
Cuales son tus planes de futuro ?
Llevo tocando muchos años con Melendi y empiezo la gira de este año el próximo mes de mayo en América. A partir de junio estaremos recorriendo España hasta final de año.
En junio grabaré un disco con la mejor cantante del mundo (para mí), Verónica Ferreiro(https://youtu.be/YlEV-K3uAfs). Tenemos un proyecto los dos con temas originales y estamos deseando grabarlo y enseñarlo al mundo.
También grabaremos este año otro disco con MENIL(https://youtu.be/uDHc2WYLO2U), un grupo de manouche (gypsy jazz) que tengo con unos buenos amigos, y puede que alguna otra sorpresa más.
Conseils pour les lecteurs
Aprovechad el tiempo, amad la música y vuestro instrumento.Gracias, Danny, por la entrevista y a los lectores por dedicar un ratito a leerla.


C’est la voix de la basse ce mois-ci chez Orange et on m’a demandé de recommander quelques albums qui célèbrent les meilleures lignes de basse connues de l’industrie musicale. J’ai décidé de choisir des albums parce qu’au fond, je suis un hipster qui écoute des vinyles et j’ai aussi du mal à choisir une chanson d’un album. Dans cette liste, j’ai choisi des chansons classiques, mais j’ai aussi essayé d’éviter les chansons évidentes comme “Another one bites dust”, qui a été oubliée, j’en ai bien peur.

Stone Roses – Stone Roses

J’ai choisi de mettre en avant son travail avec les Stone Roses (j’aurais pu choisir ‘Screamadelica’) et le premier album du groupe. La chanson d’ouverture “I Wanna Be Adored” commence par une cacophonie de sons, puis le grondement de la basse entre en jeu et fait entrer le reste du groupe. J’aurais pu choisir n’importe quelle chanson de cet excellent album, de la ligne de basse qui ouvre ” She Bangs the Drums ” jusqu’au riff de basse qui constitue le groove principal de l’album final de huit minutes ” I Am the Resurrection “. Ce qui m’impressionne le plus, c’est le groove qui traverse tout le jeu de Manny et la façon dont il est toujours en phase avec Reni. C’est l’une des meilleures sections rythmiques que j’aie jamais vues en concert.

Paul Simon – Graceland

Je m’étais promis de ne pas mettre de contrebasse dans aucune de ces sélections et j’ai déjà enfreint ma règle (je pense aussi qu’il y en a une autre plus tard). Mais pour ma défense, c’est grâce à la musicalité de l’album et la partie la plus remarquable est le jeu de basse, suivi de près par la batterie ! J’ai dû choisir comme exemple ‘You Can Call Me Al’ principalement à cause du solo de basse qui se produit à 3.44, oui je sais c’est un solo de basse slap mais parfois, juste parfois ils peuvent être bien faits. Tout au long de l’album, la basse est un élément clé de l’écriture des chansons, en particulier sur “The Boy in the Bubble” et “Graceland”, où elle occupe le devant de la scène avec des glissements et des battements soigneusement étudiés de la ligne de basse qui propulsent les chansons vers l’avant.

Lou Reed – Transformer

Transformer de Lou Reed est un grand disque pour de nombreuses raisons différentes, la ligne de basse iconique qui compose le morceau le plus célèbre, Walk on the Wild Side, étant l’une des principales raisons. Le son emblématique a été créé par des lignes de basse entrecroisées jouées sur une contrebasse, puis par la superposition d’une ligne de guitare basse. Herbie Flowers, qui jouait de la basse sur le morceau, a eu l’idée de faire payer le double pour son travail sur le morceau ! Herbie a joué de la basse sur la plupart des morceaux à l’exception de “Perfect Day”, “Goodnight Ladies”, “Satellite of Love” et “Make Up” sur lesquels Klaus Voorman a joué. Si vous n’avez pas écouté cet album (où étiez-vous ?), je vous le recommande vivement.

Alexisonfire – Vieux corbeaux/jeunes cardinaux

Décrit par le groupe comme étant “f**king heavy”, le dernier album d’Alexisonfire avant son hiatus s’ouvre sur le son de basse grisonnant de “Old Crows”. L’album est plein de grands moments de jeu de basse avec Chris Steele qui se verrouille avec le batteur Jordan Hastings tout au long de l’album. J’ai choisi ce titre principalement en raison du ton qui le fait démarrer. Un autre point fort de l’album est le groove fermé de “The Northern”. Ce morceau au rythme légèrement plus lent se situe au milieu de l’album et possède un son de basse et un groove classiques.

Rage Against The Machine – Rage Against The Machine.

Ce ne serait pas une liste sans Rage Against the Machine ! Mais on ne peut pas avoir une liste de basses sans Timmy C de Rage Against the Machine. Cet album comporte tellement de points forts pour un joueur de 4 cordes que c’est un cours magistral sur les différentes techniques. Du début de “Bombtrack” avec le jeu de doigts staccato à la basse slap de “Take The Power Back” (désolé pour les basses slap). Cet album devrait être enseigné à tous les bassistes ! J’ai choisi “Know Your Enemy” parce que la ligne de basse a un tel groove et une telle démarche dans l’intro, puis elle se transforme en une ligne de basse qui marche pour le couplet avec une telle facilité. L’album est plein d’une telle musicalité, du début à la fin, ce n’est pas seulement un grand disque mais un disque de basse exceptionnel.

fin.

J’ai donc manqué beaucoup d’autres grands disques pour basse, je sais, mais j’ai décidé de n’en choisir que cinq pour que vous puissiez commenter et m’en dire plus. Peut-être avez-vous trouvé des enregistrements qui vous avaient échappé et cela vous incite à les vérifier. Laissez dans les commentaires vos recommandations et je les vérifierai !

Je m’appelle Johnny et je joue de la basse dans le groupe “Twilight Sad”.

J’ai cherché un ampli de basse, que j’ai vraiment aimé pendant des années et des années et quand j’ai mis la main sur l’AD200, il y a environ huit ans, c’était la première fois que j’ai entendu un ampli et que j’ai pensé “C’est l’ampli !”.

Pour l’instant, mon installation de basse se compose d’un baffle 2X15, avec deux celestions dedans et l’AD200. En Amérique, j’utilise deux OB1-500, l’un principal et l’autre de secours. Mais je pense expérimenter légèrement en utilisant l’un pour mon son principal et en utilisant l’autre pour activer mes sections de boost.

Quand j’ai vu qu’Orange commençait à faire des pédales, j’adore les pédales ! Je me suis dit qu’il fallait que je les prenne et que je les essaye immédiatement parce que je sais qu’ils vont être construits comme des tanks et qu’ils vont être purs. Il n’y a pas à tergiverser, ils vont faire ce qu’ils sont censés faire. Donc quand j’ai eu le Two Stroke, la Rusty Box est devenue superflue. L’Orange Two Stroke, que je garde tout le temps sur moi, permet d’obtenir un son complet, de tout rendre plus vif et plus brillant.

La première chose que je dirais à tout bassiste, c’est que si vous cherchez un ampli pour basse, allez immédiatement chez Orange! Si vous utilisez quelque chose d’autre en ce moment, débarrassez-vous-en et optez pour Orange, car cela semble incroyable. C’est juste le son classique de la basse, je ne vais plus aller ailleurs maintenant, c’est ce dont j’ai besoin, c’est ce que je veux, c’est solide, ça ne m’a jamais laissé tomber.

Michael Karsh de Lawrence – ©David Nardiello Photography

Mon nom est Michael Karsh, je suis le bassiste du groupe Lawrence.

Une grande partie de notre spectacle est que nous aimons vraiment ce que nous faisons et que nous aimons nous amuser. Mon rôle est juste d’être la partie basse qui peut à la fois complimenter une chanson et l’élever dans un endroit de très haute intensité, dans votre visage funk/soul/jazzy fusion genre de choses.

Actuellement, j’utilise l’amplificateur 4-Stroke de 500 watts et l’OBC410. C’est un véritable monstre et c’est très amusant à jouer. J’essaie d’avoir un son très ancré dans le vieux funk et la soul, un peu comme le son classique de Jamerson et de Motown, mais j’aime aussi avoir un peu plus de tranchant et de punch pour l’amener dans l’ère moderne. J’obtiens tout cela avec le 4 temps et le 410 et j’ai l’impression que je n’ai jamais eu un meilleur son avec lui qu’avec n’importe quel autre appareil et cela me fait probablement jouer un peu mieux parce que je suis simplement plus heureux de la façon dont il sonne.

J’ai certainement vu inconsciemment ces amplisOrange ) tout au long de mon enfance en regardant des vidéos de mes héros jouant dans les années 70. Jimmy Page et Geddy Lee. Le simple fait de voir ces amplificateurs à l’arrière a définitivement marqué mon esprit. En grandissant et en m’intéressant de plus près à l’équipement, je les ai vus apparaître dans de nombreux endroits intéressants tout au long de mon parcours musical. C’était du genre : “Oh, Wolfmother a ce truc que je me souviens que ce type avait”, et “Oh, Ler’s de Primus en a trois intéressants sur scène que je n’avais jamais vus auparavant”. Je les ai vus surgir partout et j’ai toujours pensé qu’ils avaient un look et un son cool.

S’entendre sur scène est, je crois, la bataille tacite du musicien. Mon groupe compte personnellement 8 personnes sur scène et nous nous battons tous pour nous entendre les uns les autres, pour nous entendre nous-mêmes et il y a ce bruit cacophonique qui se produit tout le temps, donc honnêtement l’avantage que le OBC410 m’a donné est simplement la clarté. Je peux le régler si parfaitement que, où que j’aille, je m’entends exactement comme je le veux. Tout est clair comme de l’eau de roche. Le 410 m’offre donc un bon équilibre entre le milieu et le bas de gamme que je n’avais pas vraiment trouvé ailleurs. En utilisant le backline et en empruntant du matériel, en jouant dans des festivals, j’ai joué avec ces énormes piles de deux étages et toutes les variations. Il n’a pas le même toucher et la même clarté que le 410. C’est assez intéressant, je ne sais pas comment ça marche, je ne sais pas comment vous avez fait, mais oui, c’est de loin le plus gros avantage.

Sarah Jane, revenons au début. Qu’est-ce qui a déclenché votre intérêt pour la musique ?
Sarah Jane : Je viens d’un foyer musical où mon père expérimentait avec des haut-parleurs hi-fi faits maison et jouait des groupes comme les Beatles, les Beach Boys, Johnny Cash et Dylan, ainsi que de la musique d’église et de chorale. Ma mère, mon frère et mes sœurs aimaient aussi la musique et s’essayaient à la guitare, au piano et au chant. Quand le lycée est arrivé, mon frère aîné m’a fait découvrir Led Zeppelin, Pink Floyd et The Doors, et c’est à cette époque que j’ai acheté l’un de mes premiers disques, un Hendrix live. Après cela, je voulais juste jouer de la guitare comme lui, il a été une énorme inspiration ! Strawberry Fields a également été une expérience époustouflante lorsque je l’ai entendu pour la première fois.

Quand j’avais environ 18 ans, j’ai commencé à jouer sur la Les Paul de mon frère et je suis resté à la guitare pendant environ trois ans, avant de passer à la basse, principalement parce que je trouvais cela plus amusant à jouer, et comme nous le savons tous, la basse est évidemment la partie la plus importante du son d’un groupe… Après environ un an de pratique, j’ai rejoint mon premier groupe “The Morticians”. Je n’ai jamais pris de leçons formelles car A. je n’avais pas les moyens d’en prendre et B. je préférais développer mon propre style en jouant principalement à l’oreille, en utilisant quelques tablatures et en regardant des vidéos des Who, de Black Sabbath et en jouant avec mon propre groupe. Mon conseil aux débutants serait de jouer ce que vous voulez – toute la beauté du rock ‘n’ roll est qu’il n’y a pas de règles, alors ignorez les idiots qui essaient de vous dire le contraire. Faites ce que vous devez faire pour développer le style et le son qui conviennent à votre propre musique, que ce soit en jouant avec d’autres dans un groupe ou en prenant des leçons et en apprenant des reprises, ce qui vous semble le plus bénéfique.

Vous mentionnez votre premier groupe The Morticias, comment votre groupe actuel Gorilla a-t-il vu le jour ?
Sarah Jane : Lorsque The Morticians se sont séparés vers 1999, Johnny, le guitariste, et moi avons décidé de prendre un autre batteur et de continuer sous le nom de Gorilla, et nous avons continué depuis avec différents batteurs. Nous en sommes actuellement au numéro 15 – ils s’usent ! Notre dernière victime, Ryan, est géniale et nous a donné un nouveau souffle et une nouvelle inspiration. Nous avons toujours voulu jouer de la musique inspirée des groupes que nous aimons nous-mêmes, comme The Who, Black Sabbath, Grand Funk Railroad, Budgie, Blue Cheer, The Beatles, Jethro Tull, Mountain – vous savez, essentiellement du rock lourd des années 60 et 70, qui reste toujours notre principale influence. Au début, nous nous sommes contentés de faire autant de concerts que possible, jusqu’à ce que nous ayons la chance d’être repérés par le bassiste des Melvins, qui nous a présentés à un label punk rock suédois qui a fini par sortir notre premier LP. Nous avons sorti trois albums complets, un split LP et un single, et un autre album est en préparation.

Gorilla au Dublin Castle de Londres en 2002 – Ampli vintage Orange 1974 OR120 avec vieux 4×12 Orange

Wow, batteur numéro 15 ! Dans le plus pur esprit de Spinal Tap. Que pouvez-vous nous dire sur le prochain album ?
Sarah Jane : Nous nous dirigeons vers un nouveau studio appelé North Down Sound à Folkestone qui a beaucoup d’équipements analogiques et qui est géré et conçu par un ami appelé Mole, il aime les vieux sons et équipements vintage à valve. Musicalement, vous pouvez vous attendre à un riffage maximal, à un rock ‘n’ roll à haute énergie, à une chevauchée infernale à fond de train, en d’autres termes, au style Gorilla habituel ! Il sortira en juin sur Heavy Psych Sounds, alors gardez un œil sur nos médias sociaux pour les mises à jour et les annonces.

Vous souvenez-vous de votre toute première rencontre avec Orange?
Sarah Jane :
J’ai vu du matériel Orange pour la première fois en regardant les vidéos de Beatclub où les amplis Orange avaient l’air et sonnaient super bien, tous les groupes que j’aimais semblaient les utiliser aussi, alors j’ai su que rien d’autre ne ferait l’affaire !

Quelle est votre propre histoire et votre expérience avec Orange?
Sarah Jane :
Le premier équipement Orange que j’ai possédé était un Early OR120 câblé (sans fil de bouilloire) que j’ai acheté en 2001 à un ami pour £250. Je ne savais pas comment dater cet ampli, j’ai donc téléphoné à l’usine Orange et j’ai parlé à un type très gentil appelé Jeff, qui avait apparemment travaillé là depuis les premiers jours d’Orange. Après avoir eu l’ampli, j’ai eu besoin d’un baffle pour aller avec, et heureusement mon guitariste de GORILLA, Johnny, avait un 4 x12 “de rechange” qui sonnait incroyablement bien avec. La cabine avait ses haut-parleurs Celestion d’origine et était en fait de 15 ohms ! Le taxi appartenait auparavant au groupe NWOBHM, May West, et le logo a été pulvérisé sur le fond. J’ai fait installer un interrupteur de veille à l’arrière de l’ampli pour préserver les valves car il n’en avait pas.

Le site Le deuxième amplificateur Orange que j’ai acquis m’a été vendu par un ami pour £100 dans le même magasin. année, un modèle graphique de la fin des années 70. Cet ampli ne sonnait pas aussi bien que mes premiers OR120. Jeff m’a dit que cela pouvait être dû au fait qu’ils avaient “laissé tomber le montage”. transformateurs”, qui apparemment n’étaient pas aussi bons que les premiers amplis.

Sarah Jane avec son Hustler des années 70.

En 2003 Je passais devant mon magasin de musique et j’ai vu dans la vitrine un flash de… couleur orange sous un drapeau Peavey. Je suis entré pour voir ce que c’était et j’ai parlé… au propriétaire, qui sous le drapeau a déterré un Combo Bass Hustler tout neuf. Il m’a expliqué que c’était dans le magasin quand son père l’exploitait dans le… 70s. Le Combo n’était pas à vendre, il était utilisé pour exposer des tambourins et le… Peavey Flag, mais bien sûr, j’ai demandé combien il voulait pour que je le prenne de son… les mains. J’étais ravie mais j’ai essayé de ne pas avoir l’air trop heureuse quand il m’a demandé juste… 50 £ pour ça ! J’appelle ça une bonne affaire !

Maintenant, je… Je possède un nouveau Orange Bass Terror de 300 watts, un excellent ampli pour les concerts, très fort, et je peux vraiment le soulever ! J’ai également utilisé un Crush Bass 100 pour une l’été dernier, et j’en veux un ! J’étais J’ai été surpris de voir à quel point cette combinaison était géniale. différents combos auparavant et je peux honnêtement dire que c’était la meilleure basse moderne combo que j’ai essayé. Je m’attendais à être totalement noyé par le batteur et… l’ampli de guitare mais le Crush a totalement tenu son rang. Pour quelque chose qui est assez petit, j’ai été totalement choqué par le niveau sonore et la qualité de l’enregistrement. son de basse. Je recommanderais totalement cet ampli pour les petits concerts et pratique.

Sarah Jane jouant un Bass Crush 100 pendant que Gorilla joue un concert de The Jonesing Jams chez Blondies.

Si vous retirez de votre collection de disques le rock ‘n’ roll évident et les artistes mentionnés ci-dessus, que reste-t-il ?
Sarah Jane :
Mes goûts sont en fait très variés et s’étendent du blues des années 40 et de la musique classique au garage des années 60 et au hip hop old school, en particulier le gangster ! Beaucoup de musique psychédélique comme The Pretty Things, Zombies et Quicksilver Messenger Service, ainsi que la plupart des groupes de San Francisco des années 60, les Beach Boys et le folk.

Malgré des femmes comme vous, le rock ‘n’ roll reste un monde d’hommes. Quelle est votre expérience en tant que femme dans un genre aussi dominé par les hommes ?
Sarah Jane : Malheureusement, certains hommes dans l’industrie, dans les magasins de disques et de musique sont encore très intimidés par les musiciennes, et j’ai entendu toutes les remarques stupides et sexistes habituelles telles que “Tu sais vraiment jouer !”, “Tu joues comme un homme !”, ou “Tu es vraiment bonne pour une fille !”, et j’ai aussi dû faire face aux visages surpris des gens lorsque je montrais ma connaissance des guitares, des amplis ou des groupes que j’aime. J’ai également été ignorée par des employés masculins dans des magasins de musique alors qu’ils parlaient à mon partenaire masculin – je trouve juste un peu triste que ces vieux préjugés et attitudes soient toujours là, peut-être ont-ils peur de se faire remarquer par une fille ? Heureusement, ça ne me dérange pas tant que ça, et quand ça me dérange, j’ai aussi la chance de pouvoir dire que j’ai été béni avec une bonne visée et un crochet droit rapide, ne laissez pas les bâtards vous écraser ! Cela dit, la plupart du temps, les gens que je rencontre sont très positifs à mon égard et à l’égard de la musique que je joue.

Suivez Gorilla sur Facebook // Instagram // Bandcamp

Avant de tourner les interviews, j’aime passer un peu de temps seul avec les artistes pour revoir les questions et m’assurer que rien n’est “hors limites”. Compte tenu du fait que je suis sur la corde raide entre le fait d’être un parfait connard et le besoin de l’artiste de ne pas s’aliéner sa base de fans, je dirais que je m’en suis sorti plus que prévu dans cette interview.

Cela faisait des années que je promettais à Sergio de l’emmener manger un repas végétalien à Atlanta. C’est là qu’on a fait le pré-interview. Malheureusement, mon corps ne supporte pas bien la nourriture végétalienne. J’ai dû aller aux toilettes plusieurs fois. Ensuite, l’audio a merdé. Le fait que nous ayons réussi à faire un montage final de cette interview relève du miracle.

Aussi, Sergio était vraiment en colère contre moi pour le truc du hamburger. Je pense que ça a sauvé la journée. – Alex