Archive d’étiquettes pour : écraser l’acoustique 30

Une nouvelle chanson et un nouveau clip de l’ambassadeur d’Orange, Fantastic Negrito, et un peu d’amour pour Tremlord et Crush Acoustic.

Adam: Je suis Adam Kenny, joueur de mandoline, bouzouki et banjo pour les Rumjacks. Nous jouons du punk rock celtique rapide. J’ai grandi dans l’ouest de Sydney avec des parents irlandais, où j’ai été exposé à beaucoup de musique irlandaise comme les Pogues, les Cheiftans, les Furyeys, Christy Moore et d’autres encore lors de nos barbecues familiaux. À l’époque, je me suis moqué d’eux en pensant que j’étais trop cool, et ce n’est que des années plus tard, lorsque j’ai écouté Joe Strummer jouer avec les Pogues, que j’ai découvert un beau mélange de punk et de folk, quelque chose qui nous inspire encore aujourd’hui en tant que groupe.

La musique faisait manifestement partie de votre enfance puisqu’on en jouait à la maison. Quand avez-vous commencé à en jouer vous-même ?
Adam : Mon père m’a donné une copie de Stratocaster quand j’avais 13 ou 14 ans, il m’a appris ‘House of the rising sun’, et j’étais accroché. J’ai fait un an de guitare classique avant de découvrir Nirvana qui est devenu tout ce que je voulais jouer pendant des années. J’ai joué dans différents groupes de punk et de hardcore et j’ai rejoint The Rumjacks en tant que guitariste en 2008. Après quelques changements de ligne, j’ai fini par apprendre la mandoline, ce qui m’a conduit au banjo ténor et au bouzouki irlandais. Depuis, j’ai eu le plaisir de tourner et d’enregistrer avec d’autres groupes folk/rock comme Handsome Young Strangers, The Go Set, The Clan et le chanteur/compositeur irlandais Damien Dempsey.

Pouvez-vous nous parler un peu des Rumjacks ?
Adam : Nous sommes un groupe de punk celtique formé en 2008, dans les Blue Mountains, à Sydney, en Australie. Nous étions tous impliqués dans différents projets à l’époque, mais comme nous avons trouvé un si bon son ensemble, nous avons commencé à jouer des concerts à Sydney, puis dans le reste de l’Australie. En 2015, nous avons effectué la première de nos nombreuses tournées européennes, et en 2017, notre première tournée aux États-Unis, avant de nous rendre en Asie du Sud-Est et au Japon en 2019. Lorsque nous sommes en tournée, il est normal que nous démarrions tôt et que nous passions de longues heures dans le van. Nous restons simples avec une équipe très réduite, ce qui nous permet de participer au chargement et au déchargement.

Que faites-vous pendant ces étranges jours de fermeture ?
Adam : J’ai écrit un peu, je me suis occupé du jardin et j’ai passé du temps avec le chat de la famille. J’ai la chance d’être coincé dans ma ville natale dans les blue mountains en ce moment, j’espère juste pouvoir repartir pour les prochains festivals d’été en Europe !

Quelle est votre histoire et votre expérience avec Orange?
Adam : J’ai
commencé à remarquer Orange lors de concerts dans les années 2000, alors que je regardais beaucoup de groupes de punk et de hardcore à Sydney, le son qu’ils donnaient m’a vraiment époustouflé, surtout lorsqu’il s’agissait de styles plus durs. Naturellement, les couleurs vives et les symboles cool des commandes m’ont interpellé. J’étais tellement habitué à ne voir que des grosses piles noires Marshall et Peavey, que l’Orange m’a toujours intrigué. Au fil des années, j’ai vu de plus en plus de ces amplis apparaître sur scène (et dans les studios), et j’ai pensé que ces amplis devaient être les vrais. Après être passé aux instruments acoustiques en live et en studio, j’ai toujours été à la recherche de bons amplis acoustiques et de préamplis DI, c’est toujours une bataille de jouer des instruments acoustiques en live avec une bande de volume complète, donc les contrôles notch / feedback étaient un must pour gérer les différentes scènes live. Je détestais aussi avoir une pile de boîtes de direct devant moi, alors les doubles canaux de l’Orange Acoustic Pre m’ont vraiment séduit.

J’utilise des micros passifs de type piézo dans certains de mes instruments, et je peux toujours obtenir un signal stable et dynamique à la table d’harmonie. Il se surpasse tous les soirs, c’est un super kit ! J’utilise actuellement un Orange Acoustic Pre pour la mandoline, le bouzouki irlandais, le banjo ténor et la guitare acoustique, et le Crush Acoustic 30 pour le repli sur scène et en studio. K&K banjo twin pick ups dans le banjo et bouzouki irlandais, Crafter mandoline avec pickup CnR-4. Guitare acoustique Godin avec micro Lr-baggs M80.

Raquel Lilly avec l’Orange Crush Acoustic 30

Orange Amplification a le plaisir de lancer le Crush Acoustic 30, élargissant ainsi sa gamme de produits d’amplification acoustique.

Le nouveau Crush Acoustic 30 est conçu pour projeter des sons clairs et distincts avec sa construction angulaire et sa puissance de 30 watts. Il est livré avec deux canaux avec réverbération et chorus intégrés sur les deux. Le filtre coupe-bande global réduit le retour d’information de manière efficace et précise avec une seule commande. Le Crush Acoustic 30 est Léger, portable et alimenté par batterie. Fidèle aux traditions d’Orange, c’est simple, polyvalent et abordable.

Le Crush Acoustic 30 est un appareil à deux canaux, doté de nombreuses fonctions avancées. Ce combo compact est extrêmement flexible et parfait pour les concerts. performance, busking ou pratique à domicile. Le canal 1 est le canal acoustique dédié canal guitare. Il est équipé d’un commutateur de pad qui peut enlever jusqu’à 10dB, aidant les utilisateurs à maintenir un signal propre pour les instruments à haut rendement. Ce site est également armé d’un égaliseur à 3 bandes qui permet des changements rapides de son et d’un qui renforce la présence et coupe un peu les fréquences moyennes. Le canal 2 dispose d’une entrée XLR, ce qui signifie qu’il peut être utilisé avec une deuxième guitare ou une micro. L’alimentation fantôme est commutable, tout comme l’entrée micro/ligne.

Les effets de haute qualité inclus dans les produits Orange Le nouvel amplificateur acoustique offre tout ce dont un guitariste peut avoir besoin pour être poli, un son distinctif. Les effets de réverbération et de chorus peuvent être mélangés entre les deux. canaux offrant une large gamme de sons acoustiques. Le filtre coupe-bande global ajuste la fréquence du filtre Q étroit pour aider à lutter contre l’effet Larsen, vital pour tout système de gestion de la qualité. interprète en direct.

L’enceinte 8″ Voice of the World a été spécialement conçue pour le Crush. Acoustique 30. Il délivre une puissance de 30 watts qui garantit que le son des guitaristes sera entendu dans un club bondé ou une rue animée. La cabine, disponible en orange ou en noir a un design incliné pour garantir que le son est projeté dans la bonne direction. pour attirer les foules. De plus, l’entrée auxiliaire de 3,5 mm est parfaite pour brancher un téléphone ou un ordinateur. un récepteur bluetooth pour permettre de jouer avec des pistes d’accompagnement.

Le Crush Acoustic 30, compact, peut être transporté facilement et utilisé partout. Il peut être alimenté par des piles AA ou par l’adaptateur CC fourni. A plein volume les piles offrent trois heures de lecture ou 5 heures à 50 %. volume.

J’ai appris à jouer à l’âge de douze ans sur le site “,a déclaré Cliff Cooper, PDG et fondateur d’Orange Amps, Il a jeté les bases de mon amour pour musique. J’aime l’émotion et les nuances tonales que l’on peut obtenir d’une guitare acoustique. et je suis ravi qu’Orange puisse désormais proposer cet ampli fantastique aux joueurs acoustiques. partout.’

Pour en savoir plus sur le Crush Acoustic 30 d’Orange, rendez-vous sur orangeamps.com/crush-acoustic-30.

Archive d’étiquettes pour : écraser l’acoustique 30