Archive d’étiquettes pour : Rock classique

img_6630

Lors du Live Evil Festival de Londres, au début du mois, j’ai rencontré Charles, Magnus et David d’Horisont, ce qui s’est traduit par des bières et des hamburgers dans les coulisses, et par la présence occasionnelle d’un étranger barbu en jean qui leur faisait des high-five après la performance.

Horisont pour les Nuls – pouvez-vous nous dire comment tout a commencé ?
Charles : Horisont for Dummies – Nous sommes ensemble depuis un peu plus de dix ans. Magnus, Pontus et moi, on se connaît depuis longtemps, on s’est rencontrés à l’école.
Magnus : Ce n’est pas vrai, mais ok…
Charles : Eh bien oui, nous avions un groupe avant cela, c’est là que nous avons rencontré Axel, et puis Horisont a été formé en 2005. Nous jouons ensemble depuis lors et avons sorti quatre albums. Nous sortons notre cinquième album en février prochain, qui sera le premier disque de David, qui nous a rejoints il y a seulement six mois.
Comment cela s’est-il passé ?
David : *Soupirs….* (en ayant l’air incroyablement triste, usé et brisé)
Je plaisante, c’était vraiment bien ! Ce sont des gars super, et on joue de la bonne musique.

Il est clair que vous êtes influencé par le rock des années 70, et j’ai remarqué qu’il y a une scène massive pour ce genre de musique à Göteborg, pourquoi pensez-vous que c’est le cas ?
Charles : Je ne suis pas sûr que c’était comme ça quand nous avons commencé, mais ensuite des groupes comme les nôtres et Graveyard se sont formés et ont bien marché, et peut-être que ça a créé une scène pour de nouveaux groupes comme ça.

Bien que la plupart de vos chansons aient des paroles en anglais, vous en avez aussi quelques unes en suédois. Les airs suédois feront-ils une apparition sur ce prochain disque ?

Magnus : Il y aura une chanson suédoise que je chanterai, je fais mes débuts en tant que chanteur.

Avez-vous décidé d’écrire principalement en anglais pour toucher un public plus large ?
Charlie :
Nous n’avons pas vraiment pris la décision d’écrire une chanson en anglais ou en suédois, nous avons juste fait la chanson et nous avons vu quelle sorte d’ambiance elle nous donnait et les paroles sont arrivées. Il est cependant beaucoup plus difficile d’écrire dans sa langue maternelle, car cela peut facilement paraître ringard si c’est trop simple. On peut s’en sortir avec des paroles simples en anglais, mais pas en suédois.

Vous avez tous bon goût et utilisez des amplis Orange. L’un d’entre vous se souvient-il de sa toute première rencontre avec la marque ?
Charlie : Quand j’étais plus jeune, j’étais un grand fan des Hellacopters et ils utilisaient toujours des amplis Orange, ce qui a dû déclencher l’envie d’avoir les miens.
Magnus : Le groupe que nous avions avant Horisont avait une ambiance très proche de celle des Hellacopters.
Charlie : Ouais, de l’action rock ‘n’ roll, on était à fond dans ce genre de musique.

Vous partez en Amérique du Nord avec Electric Citizen le mois prochain, quel sera votre équipement pour cette tournée ?
Charlie
: Nous n’apporterons pas nos propres amplis, car c’est trop compliqué, mais je suis presque sûr que ce seront des OR50.

Que recherchez-vous lorsque vous choisissez un ampli ?
Charlie :
Quelque chose qui fasse ressortir le caractère de l’instrument, mais qui le fasse aussi mieux sonner. Vous ne voulez pas perdre votre propre son, vous avez besoin de quelque chose qui le renforce.

Comme mentionné précédemment, je sais que tu es influencé par le rock classique et les années 70, mais y a-t-il des groupes ou des artistes que tu as écoutés en grandissant et qui sont complètement différents de la musique que tu joues maintenant ?
Charlie : Eh bien, je suis allé à un concert des Backstreet Boys … Je pense que j’avais 12 ans. Mais c’est à peu près tout, après ça, c’est surtout de la musique des années 60 et 70.
David : Mais c’est quand même un spectre assez vide de la musique, car il y a tout, du rock au funk en passant par le RnB.
Charlie : Oui, j’aime vraiment le son des enregistrements des années 60 et 70.
Magnus : Nous sommes tous très attachés à la production de cette époque.
David: La qualité était bien meilleure à l’époque.

Donc pas de plaisirs coupables alors ?
Magnus :
Quel est le nom de cette chanson qu’Axel joue toujours… ?

Ici, tout ce que j’ai pu entendre, ce sont des chuchotements qui se terminaient par un “ne lui dites pas !”, donc je suppose que nous ne le saurons jamais.